• Hommage à Jacques HEBERT par Claude GATIGNOL

    Jacques Hébert, 94 ans, un des derniers Compagnons de la Libération.Jacques HEBERT

    Les pages se tournent et nous avons appris le décès, le 15 février 2018, à l’âge de 97 ans, de Jacques HEBERT, ancien député de maire de CHERBOURG.

    Il était né le 8 août 1920 à Falaise, près du château de Guillaume le Conquérant et il a eu une vie particulièrement active, doté d’un caractère bien trempé et d’un esprit alerte jusqu’à la fin de ses jours..

     

    Jacques HÉBERT et la FRANCE libre :

     

    Étudiant en première année de médecine à CAEN en 1940, il n’admet pas l’armistice  « inadmissible défaite de la France », et avec son frère cadet, il part vers St Jean de Luz où il embarque sur un bateau anglais pour Plymouth – «  on avait entendu dire qu’un général français faisait quelque chose à Londres! , on ne savait même pas qu’il s’appelait de Gaulle » déclarait-il dans un interview en 2004.

     

    Volontaire dans les Forces françaises libres, il est affecté dans les blindés, » la mécanique étant proche de l’anatomie «  et un long périple commence  qui le fera participer à tous les combats jusqu’en 1945.

     

    En Afrique Noire, c’est l’opération de Dakar, puis la campagne du Gabon , puis au delà, en 1941, la campagne de Syrie, en 1943 la Libye et la bataille d’El Alamein, les combats en Tunisie. En 1944, retour en Angleterre pour intégrer la 2è DB qui débarque à Utah-Beach- St Martin de Varreville, le 2 août et participe à la bataille de Normandie, puis à la libération de Paris, puis à la bataille des Vosges, d’Alsace, pour se diriger vers Berchtesgaden . Hélas, le 5 mai 1945, il est blessé pour la 4è fois et la guerre s’arrête pour lui.

     

    En octobre 1945, il est fait Compagnon de la Libération, il quitte l’armée pour reprendre ses études de médecine à 26 ans !

    Lors d’un examen oral, à un professeur qui lui fait remarquer qu’il avait mis du temps pour passer en seconde année, il répond : « j’avais une guerre à faire, Monsieur. »

    Il termine ses études à Paris, se spécialise en cardiologie ; en janvier 1953, il ouvre son cabinet médical à Cherbourg, devenant également médecin chef du Centre de médecine du travail.

     

    Jacques HÉBERT, Député – Maire :

     

    Son tempérament de fonceur le conduit à être candidat aux élections municipales en 1959 et il enlève la mairie de Cherbourg, faisant élire l’ensemble de sa liste contre celle du socialiste René SCHMITT, grande figure locale.

     

    Trois ans plus tard, en 1962, il est élu Député  et le restera jusqu’en 1977, quittant la vie publique pour raisons familiales après le décès de sa fille.

     

    A l’Assemblée Nationale, il sera Vice-Président de la Commission de la Défense, où, soucieux de l’Arsenal maritime de Cherbourg, il sera rapporteur des crédits militaires, en faveur de la construction des sous marins nucléaires de notre Marine nationale.

     

    Localement, c’est sous les mandats de Jacques HÉBERT que se dessine et se construit le Cherbourg moderne, par ses plans éclairés  d’urbanisme et par les implantations industrielles multiples du Cotentin.

     

    Nous garderons le souvenir d’un grand homme, au caractère fort et libre, d’un courage exemplaire et sincère dans tous les combats, prêtant plus d’attention aux citoyens qu’aux étiquettes politiques. Que son exemple soit une source d’inspiration pour la jeunesse de FRANCE.

     

    Claude GATIGNOL