Retour

                  NOTE DE LECTURE DU LIVRE :  «  RÉVEILLER LA DÉMOCRATIE » 

Le 7 novembre 2022
Patrice Martin-Lalande,

………………………………………………………………………………………………………………

               Je vous invite à lire le livre que viennent de publier, sous le titre de «  Réveiller la démocratie », notre ancien collègue René Dosière (président de l’Observatoire de l’éthique publique ) et l’économiste Gaël Giraud ( président d’honneur de l’Institut Rousseau ) : ce « petit livre rouge » est l’exact inverse d’une somme dogmatique et monocorde !

Pour « réveiller la démocratie » , il donne en effet la parole aux 70 auteurs des propositions « les plus innovantes pour repenser notre exercice de la démocratie ».

Des idées qui nous interpellent et qui devraient  nourrir le travail de réflexion et de proposition que notre Groupe des Anciens Députés s’apprête justement à mener sur les défis de la démocratie représentative ! 

………………………………………………………………………………………………………………

                                             70 nuances de démocratie !

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ce livre de 350 pages, doté de courts et denses chapitres de 4 à 6 pages, à picorer selon votre appétit ! 

Il nous offre un panorama très fouillé des innovations propres à  « réveiller la démocratie ». 

                 Il y a d’abord le réveil de la démocratie représentative, qui passe par plusieurs canaux.

Pour l’exécutif, les propositions portent sur comment «  présider autrement » , sur l’inversion du calendrier legislatives/ présidentielle, sur une nouvelle forme de désignation de l’exécutif ou sur sa responsabilité politique.

Pour le législatif, les auteurs invitent « ne plus avoir peur de la méchante proportionnelle », à « en finir avec le parlementarisme rationalisé », à revaloriser le rôle et les moyens du parlementaire, à mieux évaluer son activité.

Les collectivités territoriales sont de leur côté appelées à une rénovation de la démocratie locale, et en particulier intercommunale.

Le droit électoral est aussi mis à contribution en passant « du 19e au 21e siècle », en régulant le microciblage des réseaux sociaux, en privilégiant le « jugement majoritaire » ou en déprofessionalisant la vie politique.

Le réveil de la démocratie représentative demande enfin plus de transparence et de déontologie de la vie publique. Pour la transparence, le chemin à parcourir est notamment balisé par l’Observatoire de l’éthique publique et son président, René Dosière.

Le délibéré public des Cours suprêmes , l’entrée de la déontologie au Conseil constitutionnel, la frontière public-privé, ou la remise en cause de la capture de l’intérêt général par des groupes d’intérêt privés sont prônés.

                  « Réveiller la démocratie » mobilise aussi des propositions en faveur de la démocratie participative et de la démocratie directe.

Les propositions en faveur de plus de démocratie participative détaillent les exigences et les apports de cette démocratie au travers de conventions citoyennes ( sur le climat; ou celles à créer pour mettre au point le « renouveau démocratique », ou pour assurer « la prise en compte du futur »…). Le droit d’amendement citoyen, le tirage au sort, le vote électronique, les pétitions ou la création d’une plateforme numérique dédiée à l’information et à la participation citoyennes.

Les propositions de démocratie directe tournent autour des référendums d’initiative citoyenne, qu’elle soit nationale, locale voire intercommunale.

Une place importante est réservée au rôle de l’éducation pour la démocratie. Les mots d’ordre sont : «  Encapacitons la jeunesse » , un enseignement obligatoire, l’éducation au débat grâce à la philo, une d’éducation tout au long de la vie… Et la création d’un festival national de la démocratie ( qui rejoint une initiative que j’ai prise en créant en Loir-et-Cher la «  Journée de la démocratie » ce 15 septembre !) .

                     La troisième partie du livre concerne « l’éveil de la démocratie économique,sociale et environnementale ».

Presqu’une douzaine de propositions tournent autour de cette démocratie économique et sociale.

René Dosière et les membres de l’Observatoire de l’éthique publique expliquent pourquoi il nous faut « penser l’éthique des affaires pour repenser le paradigme et le récit de l’entreprise » .

Notre autre ancien collègue Régis Juanito invite à «  investir dans les associations pour accélérer l’altercroissance ».

Les propositions touchent la démocratie dans des horizons comme la planification économique, l’égalité homme-femme dans les entreprises,les syndicats, le crédit et la monnaie ou la Sécurité sociale.

La démocratie environnementale s’intéresse à la sensibilisation des citoyens aux enjeux climatiques, à la souveraineté alimentaire, à la planification écologique ou l’accès à la nourriture bio.

En conclusion de ce vaste panorama, les propositions visent la démocratie dans les choix de société : santé, handicap, féminisme; sans oublier le point très important de « la formation du citoyen au service des choix technologiques favorisant le bien commun »; et du «  contrôle démocratique des choix techniques et technologiques » !

                     Cet éventail de 70 nuances de démocratie ne prétend pas présenter toutes les pistes d’innovation ! Mais, les articles très courts et clairs constituent le meilleur inventaire pour convaincre que « réveiller » est  déjà possible !

Toutes ces propositions sont évidemment  discutables. Et ça tombe bien, parce que le livre tout entier a pour objectif d’ouvrir sans plus tarder la discussion sur des moyens concrets de réveiller notre démocratie ! 

Discussion que, par exemple, René Dosière ouvre dans le livre lui-même en exprimant ses réserves envers la proportionnelle.

                     Ce qui ressort de cette stimulante lecture, c’est un optimisme communicatif, à la fois,  sur la nécessité de réveiller notre démocratie avant qu’il ne soit trop tard, et sur la possibilité de mobiliser un grand nombre de moyens d’assurer cette refondation !

                     Pour terminer, une petite suggestion : inviter René Dosière à discuter de ces idées au sein du Groupe des Anciens Députés, qui rassemble celles et ceux qui ont souvent consacré l’essentiel de leur vie à faire vivre la démocratie !

Discuter , non pas pour regarder dans le rétroviseur, ni ressasser le passé ou prétendre donner des leçons , mais pour comprendre les nouvelles attentes de nos concitoyens et les diverses possibilités de « réveiller la démocratie » ; afin d’apporter, au nécessaire débat public sur ces questions, le complément d’idées que peut fournir notre expérience collective !