-- Flash Info

  • Bulletin de l’AAD – n°58 / Mars 2017 : « 60 ans des Traités de Rome 1957-2017″

    Article mis en ligne le 4 mai 2017 - Catégorie : Europe, Flash Info

    Bulletin de l’Association des anciens députés au Parlement européen – n°58 / Mars 2017 : « 60 ans des Traités de Rome 1957-2017″

     

    Pour lire ce bulletin nous vous invitions à vous connecter sur le site internet de l’AAD : http://www.formermembers.eu/

  • Adhésion au Groupe des anciens députés

    Article mis en ligne le 4 mai 2017 - Catégorie : Flash Info

    Le Groupe accueille tous les ancien(ne)s député(e)s sans distinction de partis politiques ni de durée de mandat. Il est fondamentalement attaché aux valeurs républicaines, à la défense des Droits de l’Homme, au respect de la personne humaine et aux institutions démocratiques.

    Si vous souhaitez adhérer au Groupe, veuillez trouver ci-dessous:

    - Plaquette du Groupe des anciens députés

    - Bulletin d’adhésion

    - Statuts

    - Notice biographique

     

    Avec mes cordiales salutations.

     

    Noël Ravassard

    Président par intérim

  • CONSERVATION ARCHIVES DES ANCIEN(E)S DEPUTE(E)S

    Article mis en ligne le 4 mai 2017 - Catégorie : Divers, Flash Info

    Mesdames et Messieurs les Députés,

     Cher(e)s Collègues,

     

    Vous avez exercé, au cours de précédentes législatures, un ou plusieurs mandats parlementaires. À ce titre, les documents, produits ou reçus lors de votre mandat, véritables témoignages de votre activité, constituent une source majeure pour les chercheurs. En outre, ils permettent de contribuer à l’enrichissement de l’histoire parlementaire.

     

    C’est pourquoi la division des Archives de l’Assemblée nationale, qui a notamment pour mission la gestion et la conservation des documents de l’Assemblée nationale, vous propose de prendre en charge les documents produits dans le cadre de vos fonctions de député, afin d’assurer leur conservation et leur valorisation dans un but historique. Plusieurs démarches peuvent être envisagées. Ainsi, un don d’archives, engendrant une transmission de propriété, ou un simple dépôt révocable peut être effectué, selon vos préférences.

     

    Dans la mesure où l’une de ces procédures retiendrait votre attention les archivistes de l’Assemblée nationale se tiennent à votre disposition pour tout complément d’information s’agissant des modalités de transfert des documents et des règles de confidentialité susceptibles d’être mises en place.

     

    Renseignements:

    Téléphone: 01.40.63.85.73

    Assemblée nationale
    Service de la Bibliothèque et des archives
    Division des Archives
    233 Boulevard Saint Germain – 75007 Paris

     

     

     

  • Conférence: Atlantisme et Eurasisme par Jean-Claude Empereur

    Article mis en ligne le 30 mars 2017 - Catégorie : Divers, Flash Info

    Cette année, Monsieur Jean-Claude Empereur Haut fonctionnaire honoraire, Maire honoraire de Pornichet, Ancien Conseiller régional des Pays de la Loire est intervenu devant le « Groupe des anciens députés » le 17 mars 2017 pour  un exposé sur le thème suivant :

    ATLANTISME et  EURASISME

     ENCERCLEMENT  et  CONTRE-ENCERCLEMENT du MONDE au XXIème SIECLE

    Les récents événements politiques, tant aux Etats-Unis qu’en Europe : élection de Donald Trump, Brexit, montée des mouvements antisystèmes sur le Vieux continent marquent la fin d’un monde. On ne peut s’empêcher de penser à Gramsci : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».


    Parmi ces événements, sans doute le plus important est l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. La violence des attaques qui le visent provenant de l’establishment médiatique et politique, de la communauté du renseignement, comme du « deep state », traduit l’inquiétude des milieux qui ont fait d’une conception idéologique et hégémonique de la mondialisation l’alpha et l’oméga de leur philosophie politique.

    L’élection de Donald Trump est le reflet de la sourde révolte des « quiet people » ces « électeurs cachés », ces Américains oubliés dont le président Obama lui-même a reconnu qu’il les avait « négligés », de tous ceux qui « n’en pouvaient plus », devant l’impuissance de nos gouvernants, face à une crise américaine, à l’origine immobilière et financière devenue au fil des ans sociale, économique, politique et enfin géopolitique.

    Ce que nos médias ont qualifié de séisme politique n’est autre que la traduction, dans la politique intérieure des Etats-Unis, de cette dimension géopolitique de la crise qui a conduit une partie des électeurs américains à voter pour celui qui leur a promis de mettre fin aux conséquences d’une mondialisation ravageuse pour leurs emplois et leur genre de vie.

    Au cœur de cette perception : le rôle grandissant de la Chine et de l’expansion illimitée, conquérante et assumée comme telle, de son économie. C’est la raison pour laquelle Donald Trump bénéficie aussi du soutien d’une partie de l’élite dirigeante hostile à la mondialisation effrénée de l’économie américaine. On voit resurgir, ironie du sort, s’agissant de la Chine, l’opposition traditionnelle entre « bourgeoisie nationale » et « bourgeoisie compradore ».

    On ne peut rien comprendre à l’attitude de Donald Trump, tant au cours de sa campagne que depuis son élection, si l’on ne prend pas en compte cette situation. Ce qui a été reproché aux élites dirigeantes en place depuis de longues années est, par entêtement néo-libéral et mondialiste, refusant toute alternative (le  « there is no alternative » de Thatcher et Reagan), de s’être laissé surprendre par la réémergence d’une Chine en passe de devenir la première économie mondiale, et dont la stratégie, dénommée « Le Marathon du siècle »(1), a été définie par la direction du Parti communiste chinois en 1972 au lendemain de la relance des relations diplomatiques avec les Etats-Unis par Nixon et Kissinger.

    L’objectif affiché de ce plan était d’effacer les humiliations passées en organisant un nouvel ordre mondial favorable à la Chine, remettant définitivement en cause les principes de la domination économique américaine fixés lors de la conférence de San Francisco ainsi que par les Accords de Bretton Woods.

    Cette stratégie hégémonique renforcée en août 1971 par l’abandon de la convertibilité du dollar et la politique d’irresponsabilité financière qui s’en est suivie a conduit les Etats-Unis à afficher aujourd’hui une dette de 20.000 milliards de dollars détenue pour un tiers par la Chine, les plaçant ainsi, dans une situation de relative dépendance.

    Ce dollar post-1971, non convertible en or, émis sans mesure, a permis aux Américains de se procurer en abondance des produits fabriqués à l’étranger. Les étrangers l’ont utilisé pour bâtir leurs économies et concurrencer les entreprises américaines sur leur propre terrain en vue de fournir des produits meilleur marché à des consommateurs américains gorgés de crédits en compensation de la stagnation de leurs revenus. La Chine fut, de loin, le premier bénéficiaire de cette situation.

    Le déficit des Etats-Unis avec la Chine s’élève désormais à un milliard de dollars par jour.

    Depuis 1980, période à laquelle le commerce avec l’Empire du Milieu a vraiment pris son essor, les Etats-Unis ont accumulé un déficit cumulé d’environ 10.000 milliards de dollars.

    Cet argent a créé une dette mondiale colossale de 152.000 milliards de dollars qui représente 225% du PIB mondial (Rapport du FMI du 4 janvier 2017) et a déstructuré et corrodé l’ensemble du système financier mondial.

    Les élections américaines n’ont surpris que ceux qui refusaient de voir que derrière cette illusion d’une dollarisation sans frein de l’économie mondiale se profilait la remise en cause de grands équilibres géopolitiques mondiaux qui reposaient jusqu’alors, grâce au privilège exorbitant du dollar, sur le déni de fragilité de l’hyperpuissance états-unienne. On se souvient des propos de John Connally, secrétaire au Trésor du président Nixon : « Le dollar est notre monnaie mais c’est votre problème ».

    Il est clair que les signaux adressés par Donald Trump à l’Empire du milieu, dès son élection, sans même attendre sa prise de fonction du 20 janvier 2017, n’avaient d’autre but que de signifier à XI Jinping qu’arrivé à mi-parcours de ce Marathon titanesque il était plus que temps de revoir la règle du jeu.

    Mais ne nous y trompons pas, « make no mistake »  comme disait, en d’autres temps, G.W. Bush, ce qui s’annonce est une remise en cause de l’ensemble de l’architecture géopolitique mondiale qui, depuis la nuit des temps, repose sur l’affrontement des puissances de la mer avec celles de la terre, affrontement masqué jusqu’alors par l’effacement séculaire de la Chine.

    L’affrontement Chine/Etats-Unis est inéluctable; il est parfaitement symbolisé par l’image du piège de Thucydide, le seul problème étant de savoir si les deux antagonistes auront la sagesse d’éviter ce piège. Compte tenu de l’énormité des enjeux et de la puissance des acteurs, le sort de la planète est en cause. On ose à peine imaginer ce que représenterait, en ce XXIe siècle nucléarisé et peuplé de plus de sept milliards d’habitants, un « remake » du conflit entre Sparte et Athènes et surtout de son issue…

    En la schématisant beaucoup, la vision géopolitique américaine d’hégémonie telle qu’elle fut pratiquée et développée progressivement, sans partage, au cours du dernier siècle se fonde sur la notion de « containement », voire de « roll back », c’est-à-dire d’endiguement ou de refoulement. Cette notion théorisée depuis le début de la guerre froide s’est appliquée, pour l’essentiel, à l’Union soviétique. Elle est restée au cœur de la conception américaine des relations internationales : le maintien en activité de l’OTAN, malgré la disparition de l’URSS et du Pacte de Varsovie, en est l’un des témoignages les plus marquants.

    Bien des signes laissent à penser que dans l’esprit des stratèges américains, malgré les interdépendances économiques, cet endiguement s’étend maintenant à l’ensemble sino-russe, c’est-à-dire à l’Eurasie.

    Ce conflit, qui s’annonce, entre Atlantisme et Eurasisme tend à prendre les traits, d’une guerre de siège. C’est pourquoi on préférera pour le décrire les termes d’encerclement, désencerclement et contre-encerclement.

     

    Encerclement – Le cauchemar de Mackinder

    Dans un article de douze pages qui reprenait le texte de la conférence prononcée à Londres devant la Royal Society of Geography, le 25 janvier 1904, intitulé « Le pivot géographique de l’histoire » le géographe et géopolitologue anglais John Halford Mackinder a fixé les principes d’une vision géopolitique opposant les puissances de la mer, le monde anglo-saxon, aux puissances de la terre, l’Eurasie.

    Plus schématiquement comme l’avait déjà prédit, dès 1840, Tocqueville dans la « Démocratie en Amérique », les Etats-Unis à la Russie.

    Il devait résumer ces principes en un adage en forme de ritournelle : «  Qui contrôle le cœur du monde (the heartland) commande à l’île du monde (the world island), qui contrôle l’île du monde commande au monde ».

    Les événements qui se déroulèrent au cours du siècle qui suivit sa formulation donnent a posteriori à celle-ci le caractère d’une prédiction autoréalisatrice.

    Nicholas Spykman, journaliste et professeur à Yale, complétera plus tard en 1943, de manière décisive, cette vision du monde dans une étude que lui avait commandée, dans un but pédagogique, le président Roosevelt. Cette étude avait pour objet d’expliquer au public américain à quoi ressemblait le Vieux Monde.

    Introduisant la notion de « rimland », Spykman complète la vision essentiellement géographique de Mackinder en lui donnant une dimension géopolitique. Le « rimland » est constitué des Etats qui tout au long de la guerre froide participeront à la stratégie d’endiguement (containment) de l’Union soviétique imaginée par George Kennan et appliquée par Foster Dulles, poursuivie sans relâche tout au long de la période et amplifiée depuis lors de manière à englober la Chine. Le « rimland » s’étend dorénavant du nord des Iles britanniques au Japon en passant par le Moyen-Orient.

    L’adage de Mackinder se décline dès lors ainsi : « Qui contrôle le rimland maîtrise l’Eurasie, qui maîtrise l’Eurasie contrôle les destinées du monde ».

    Il n’est pas exagéré de dire que cet adage inlassablement ressassé pendant des décennies est au cœur de la géopolitique américaine. Il inspire toujours la plupart des géopolitologues états-uniens ainsi que leurs présidents successifs sans exception, au moins jusqu’à maintenant.

    Il correspond à une vision exclusive des relations internationales qui consiste à désigner frontalement l’ennemi et, par la stratégie du bélier, à chercher à le disloquer. C’est dans cette perspective que Zbigniew Brzezinski ou George Friedman soutiennent que le contrôle de l’Ukraine est le moyen de disloquer la Russie.

    L’état du monde actuel met en évidence que l’application de cette stratégie est toujours en cours.

    Mais du temps de l’URSS, le « rimland » endiguait un « heartland » conçu comme puissamment nucléarisé mais économiquement faible et non structuré. Les murs étaient solides mais la forteresse vide; son cœur était l’empire des steppes.

    Avec la réémergence de la Chine et le rapprochement sino-russe cet espace devient une puissance économique considérable organisée et en plein essor. Le rêve hégémonique de Mackinder se transforme en cauchemar.

    Désencerclement – La route et la ceinture

    Le paysage dans lequel va se déployer le  « Marathon » commence à se dessiner : en fait il s’agit d’aménager le territoire de l’Eurasie, de rompre le « rimland », de le fragiliser en de multiples endroits par des accords internationaux ou de le percer par des corridors de transport au moyen d’une politique de désencerclement et de contre-encerclement planétaire, en associant la Russie et la plupart des nations d’Asie.

    Autant la politique américaine d’encerclement synthétisée par Z. Brzezinski dans le « Grand Echiquier » s’inspire précisément du jeu d’échecs : enfermer, agir en force et frapper soudainement, autant la politique chinoise de désencerclement et de contre-encerclement s’inspire du jeu de go : accumuler discrètement et progressivement ses forces, s’infiltrer, se répandre, occuper progressivement l’espace ; « faire comme l’eau », selon les préceptes de Lao Tseu. «Rien n’est plus souple et plus faible que l’eau, mais pour enlever le dur et le fort, rien ne la surpasse ».

    La géopolitique eurasienne en découle tout naturellement : il s’agit de traverser et contourner le « rimland » en créant les institutions, les infrastructures et les financements.

    Institutions.

    L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) assure la couverture institutionnelle de l’ensemble. Peu connue, cette organisation souple et efficace regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan ; et, en 2001, par les présidents de ces six pays, l’OCS a décidé d’admettre l’Inde et le Pakistan comme membres à part entière. Il est probable que l’Iran la rejoindra ultérieurement. L’organisation s’étend sur plus de 60% du territoire de l’Eurasie et regroupe 43% de la population de la planète, soit 37,5 millions de km² au total.

    C’est une alliance politique économique et militaire qui regroupe quatre puissances nucléaires dont deux, l’Inde et le Pakistan, sont pourtant en très mauvais termes.

    Du côté russe, le partenariat de l’OCS avec l’Union économique eurasienne qui regroupe Russie, Biélorussie, Kazakhstan, Arménie et Kirghizstan se met en place.

    Infrastructures.

    Les infrastructures ont pour objectif de constituer l’armature physique de l’ensemble, voies ferrées (50.000 km de TGV en projet dont 12.000 déjà réalisées), oléoducs et gazoducs (ex : Force de Sibérie, gazoduc d’environ 4.000 kilomètres, s’étendant du gisement de Tchaïanda en Iakoutie jusqu’à l’extrême nord-est de la Chine), etc.

    L’axe majeur est le gigantesque programme dénommé « One Belt One Road », « La route et la ceinture », lancé en 2013 par le président Xi Jinping dont l’objectif est de couvrir l’ensemble du territoire eurasiatique et d’atteindre l’Europe. Ce projet allie voie maritime et voies terrestres. Il prend en tenaille le « rimland » ; en doublant la voie maritime de la soie par une voie terrestre, il s’affranchit du syndrome de Malacca en évitant le détroit éponyme, point de passage obligé mais étroitement surveillé, pour les navires chinois désireux de se rendre en Inde, au Moyen-Orient ou en Europe.

    Il comporte sept axes:

    • The Twenty-First-Century Maritime Silk Road (MSR)
    • The China-Mongolia-Russia Economic Corridor (CMREC)
    • The China-Pakistan Economic Corridor (CPEC)
    • The Bangladesh-China-India-Myanmar Economic Corridor (BCIMEC)
    • The China-Indochina Peninsula Economic Corridor (CICPEC)
    • The China-Central and West Asia Economic Corridor (CCWAEC)
    • The New Eurasian Land Bridge (NELB)

    Financements.

    Cette énumération met en lumière l’ampleur d’un programme de dimension continentale dont les financements sont à la hauteur des ambitions. Deux instruments ont été mis en place : la Banque asiatique d’investissement dans lesiInfrastructures (Asian Infrastructure Investment Bank, ou AIIB) est une banque d’investissement proposée par la République populaire de Chine pour répondre au besoin croissant d’infrastructures en Asie du Sud-Est et en Asie Centrale. Cette banque se présente comme le support financier de la stratégie de la nouvelle route de la soie. Elle regroupe 57 pays dont plusieurs européens ; on trouve parmi eux, à la surprise générale, la France et la Grande-Bretagne, ce qui a marqué pour la Chine un grand succès diplomatique au grand dam des Etats-Unis. Cette participation ne serait-elle pas en effet l’un des premiers « signaux faibles » du pivot européen vers l’Eurasie ? Son capital initial est de 100 milliards de dollars.

    Le Silk Road Fund, de son côté, est un fonds d’Etat du gouvernement chinois doté de 40 milliards de dollars de capital destiné à intervenir en appoint de la banque.

    Contre-encerclement – Les Brics

    Pour l’assiégé, en l’occurrence l’Eurasie, le principe de la guerre de siège est, non seulement de percer le front des assiégeants, mais aussi de les assiéger, à leur tour, en les prenant à revers.

    Si l’on se place sous un angle géopolitique, c’est le rôle imparti aux BRICS (Brésil, Russie, Inde, Afrique du Sud).

    Ironie du sort : cet acronyme, inventé par un Jim O’Neill, dirigeant de Goldman Sachs dans une perspective de marketing de produits financiers innovants orienté vers des pays émergents, désigne maintenant une organisation dont le noyau dur est identique à celui de l’Organisation de coopération de Shanghai, Chine, Inde et Russie auquel se rajoute un pays africain dont la situation géographique est un point clef de la géopolitique mondiale avec le plus grand pays d’Amérique latine. Le ralliement de ce dernier met fortement en cause la doctrine de Monroe, expression jusqu’ici non négociable de l’hégémonie américaine sur l’hémisphère occidental. Il n’est certainement pas étranger aux récentes tensions entre les Etats-Unis et le gouvernement brésilien.

    OCS et BRICS, par leur très forte consanguinité, parachèvent, par cette double organisation, leur désenclavement et leur libération de la pression des stratégies « mackindériennes » et prennent ainsi en tenaille les acteurs traditionnels de l’économie occidentale.

    Ces deux organisations se confortent l’une l’autre puisque, sur le plan financier, la Banque de développement des BRICS dotée, elle aussi, d’un capital de 100 milliards de dollars, prend le relais de l’AIIB en permettant, notamment, le développement d’infrastructures tant en Afrique qu’en Amérique latine dans le même esprit d’aménagement planétaire du territoire que celles du programme de la Route de la Soie.

    Enfin le contre-encerclement ne serait pas complet sans la référence au livre blanc sur la politique spatiale chinoise pour la période 2017/2022 dont l’objectif est, selon ce document, « de faire de la Chine une puissance spatiale dans tous les domaines, en particulier de favoriser un puissant développement économique et social grâce à ses retombées et de permettre la réalisation du rêve chinois de renaissance de la nation chinoise ». Il ne fait guère de doute que les bases de ce programme sont scientifiques, économiques et sécuritaires. A long terme, l’utilisation des ressources lunaires est une des grandes priorités de la Chine. En particulier la Lune abrite un gaz rare sur Terre, l’hélium-3, qui peut être utilisé pour la production d’énergie par fusion.

    En guise de conclusion

    Cette double stratégie de désencerclement et de contre-encerclement initiée par la Chine avec la participation de plus en plus affirmée de la Russie sous de multiples formes est le vecteur d’une politique tournée vers le reste du monde et tout particulièrement d’une Europe perçue comme l’extrême pointe de l’Eurasie, ce fameux « petit cap de l’Asie », objet mythique de toutes les conquêtes.

    Compte tenu de la faiblesse économique du Vieux Continent et de l’absence de stratégie globale et à long terme de l’Union européenne, cette vision géopolitique inclusive se traduit par des prises de position dans l’industrie européenne de plus en plus significatives et problématiques, la Chine se comportant beaucoup plus en conquérant qu’en partenaire. C’est ainsi que l’on constate qu’au cours de l’année 2016 les investissements directs chinois qui se sont élevés sur la période à 200 milliards de dollars ont bondi de 77% en Europe alors qu’ils n’ont crû que de 40% dans le reste du monde. L’Europe affaiblie et sans défense est devenue une cible.

    A l’Europe irénique des normes et des grands principes, priorité au marché, concurrence libre et non faussée, s’oppose l’Eurasie volontariste des grands récits, des grands projets et des grands espaces.

    De leur côté les Etats-Unis ont vu surgir au cours des derniers mois les capitaux chinois dans un domaine où on ne les attendait pas : l’industrie cinématographique. Or cette industrie est au cœur du « soft power » américain, élément capital de l’hégémonie états-unienne.

    Ce dernier point très symbolique prouve que les stratégies d’endiguement prennent l’eau de toute part, tant du côté russe que du côté chinois, qu’il s’agisse de la « géopolitique des tubes » ou de la grande politique russe d’accès aux mers chaudes. De ce point de vue, la mise en place de l’axe Moscou-Ankara-Téhéran, résultat des succès de Vladimir Poutine en Syrie, et, a contrario, la consternante attitude des Occidentaux dans ce conflit est très révélatrice.

    Il est vraisemblable que l’élection de Donald Trump ouvre une nouvelle ère des relations entre les trois protagonistes du triangle stratégique Etats-Unis/Chine/Russie. Jusqu’ici la Russie était considérée par la diplomatie américaine comme l’ennemi héréditaire et la Chine un partenaire indispensable bien qu’ambigu. Désormais la tendance semble s’inverser. De récentes études du CFR reprises par la revue officieuse des milieux proches du Département d’Etat, Foreign Affairs, attestent de cette évolution (2). Les Etats-Unis ne peuvent plus s’offrir le luxe d’affronter simultanément deux adversaires.

    De leur côté, les Russes sont aussi pour les Chinois un partenaire incertain. La confiance n’est pas totale car ils se méfient des visées chinoises sur la Sibérie et ses multiples richesses. Le contrepoids occidental apparaîtra, avec le temps, comme une nécessité impérieuse pour Moscou.

    Les Européens ont un rôle à jouer. Le voudront-ils et le pourront-ils ? La tâche est ardue : il leur faut rompre, en effet, avec les visions formulées par deux de leurs brillants esprits, Alexis de Tocqueville et John Halford Mackinder, l’un et l’autre prophétisant, à plus d’un siècle de distance, le caractère irréconciliable des perceptions russes et américaines du monde, fruit d’une sorte de fatalité géographique.

    Jean-Claude Empereur

    Haut fonctionnaire honoraire

    Maire honoraire de Pornichet

    Ancien Conseiller régional des Pays de la Loire

     

    Notes :

    (1) M. Pillsbury, The Hundred-Year Marathon: China’s Secret Strategy to Replace America as the Global Superpower, 2015, Kindle Edition.
    (2) The Case for Offshore Balancing. A Superior U.S. Grand Strategy. John and Stephen M. Walt, Foreign Affairs, juillet-août 2016.

    The End of Globalism. Where China and the United States Go From Here. Eric X. Li,  Foreign Affairs, décembre 2016.

     

     

     Source : “Revue Politique et Parlementaire n°1082, janvier-mars 2017”

    Reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur.

     

  • Décès de Monsieur Henri Emmanuelli

    Article mis en ligne le 21 mars 2017 - Catégorie : Divers, Flash Info

    Résultat de recherche d'images pour "henri emmanuelli"

      Photo : Assemblée nationale

     

    L’ancien ministre et président PS de l’Assemblée nationale Henri Emmanuelli, figure de l’aile gauche du Parti socialiste, est décédé mardi matin à l’âge de 71 ans des suites d’une longue maladie, a annoncé sa famille.

    Né le 31 mai 1945 à Eaux-Bonnes (Pyrénées-Atlantiques), Henri Emmanuelli, qui était malade depuis plusieurs années, était député socialiste et président du Conseil départemental des Landes. Il avait également été le premier secrétaire du PS entre 1994 et 1995.

    Elu pour la première fois député des Landes en 1978, cet homme  doté d’une très forte personnalité, avait été, entre 1981 et 1986, secrétaire d’Etat aux DOM-TOM puis au Budget du président François Mitterrand.

    Trésorier du PS en 1987, il avait présidé l’Assemblée nationale de 1992 à 1993 avant d’être brièvement premier secrétaire du PS entre 1994-1995.

    Pour la présidentielle en 1995, il se porte candidat à la candidature, mais Lionel Jospin l’emporte largement dans le vote militant.