-- Editorial du Président

  • Editorial du Président – Mars 2013

    Article mis en ligne le 21 mars 2013 - Catégorie : Editorial du Président

    Le 1er mars 2013, se sont déroulées deux Assemblées Générales de notre Association.

    La matinée fut consacrée en partie à l’adoption à l’unanimité du rapport moral, rapport financier 2012 et du budget 2013.

    L’Assemblée Générale a écouté Monsieur Clément Quentin, l’un des derniers survivants de Dachau.
    Pour en savoir plus sur son intervention >> Lire cet article

    L’après-midi a été consacrée à une réforme des Statuts nécessaire pour le développement des activités de l’Association.

  • Editorial du Président – Décembre 2012

    Article mis en ligne le 20 décembre 2012 - Catégorie : Editorial du Président

    A. LEVOYER

    Au nom du Bureau et du Comité directeur, j’adresse à chacune et chacun de ceux qui prendront connaissance de ces quelques lignes mes souhaits de bonnes fêtes de fin d’année et surtout mes vœux pour l’année nouvelle.

    Que 2013 permette de cultiver optimisme et bonne humeur, et de vivre des moments de rencontres conviviales. En ces temps parfois difficiles, elles nous apportent un peu d’éclairage car il n’y pas de plus belle lumière que celle de l’Amitié.
    C’est avant tout le but de notre Association.

  • Editorial du Président – Mai 2012

    Article mis en ligne le 2 mai 2012 - Catégorie : Editorial du Président

    En préambule de la Constitution de la Vème République il est inscrit : «Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément».

    Ainsi la Nation s’exprime t-elle par les représentants élus par les citoyens qui la composent.

    A une période déterminée, soit au terme d’une législature de 5 ans ou à la suite d’une dissolution, une nouvelle «Assemblée Nationale» va, avec le Sénat former le Parlement, qui vote la loi, contrôle le gouvernement et évalue les politiques publiques.

    C’est ainsi qu’à l’heure où ce site internet est mis en ligne, s’ouvre la XIVème législature de la Vème République.
    Chaque élu(e) Député(e), qu’il pénètre pour la première fois dans l’hémicycle, ou qu’il soit déjà un habitué du Palais-Bourbon, ressent quelle que soit sa personnalité un moment d’émotion intense.
    Investi par ses concitoyens, il va avoir la lourde mission de participer au pouvoir législatif du Pays.
    Etre appelé, Monsieur ou Madame le Député marque souvent l’aboutissement d’un parcours fait de satisfaction, d’amitié, de témoignages de toute nature.
    Le nouvel élu, tout ému, se voit remettre, entre autres pièces et documents, un insigne tricolore dont la forme datée de 1876 est dénommée le «Baromètre». Il ne le portera qu’en de rares circonstances mais ce «baromètre» attirera bien plus tard les regards de ses descendants.
    Pénétrant dans l’hémicycle, à l’éclairage permanent jour et nuit, il découvre sur sa gauche une tribune que des amis bien intentionnés lui expliqueront être réservée aux anciens parlementaires et dénommée «le Cimetière».
    Pendant une législature, il sera au «Palais-Bourbon» celui qui fait «la loi» et ses électeurs pourront parfois le remarquer aux séances publiques télévisées des Mardis et Mercredis après-midi.
    Il devra toujours rester sur ses gardes quand il s’exprimera publiquement pour ne figurer ni dans un journal hebdomadaire satirique ni dans l’édition d’un merveilleux petit livret paru en 2011 sous le titre «Les Perles Parlementaires». Il ne devra pas prendre en exemple un de ses prédécesseurs fort de son succès électoral : «Je suis un élu du peuple, j’ai le droit de dire n’importe quoi». Propos corrigé par un de ses collègues «Nous touchons au ridicule, mais je serai persévérant».

    Puis arrive le jour, en principe à la fin d’une législature, où l’élu de la Nation décide volontairement de se retirer ou doit accepter le résultat sorti des urnes qui lui a été défavorable.
    Les services des pensions de l’Assemblée lui remettent un dossier, contenant entre autres une fiche d’adhésion à notre Groupe.
    Héritier de l’Amicale des anciens Députés, sous les auspices du Président Edouard Herriot qui réunissait, au lendemain de la dernière Guerre, les seuls élus de la IIIème République, le Groupe des anciens Députés à l’Assemblée nationale a vu le jour sous forme associative en 1978. Son siège est au Palais-Bourbon. Le Président de l’Assemblée nationale est de droit le Président d’Honneur.
    En sont membres, sans distinction de partis politiques, ni de durée de mandat, ceux qui élus à l’Assemblée nationale ont effectivement siégé et sont à jour du paiement de leur cotisation annuelle.
    Les membres sont fondamentalement attachés aux valeurs républicaines de «Liberté, Egalité, Fraternité», à la défense des Droits de l’Homme, au respect de la personne humaine et aux institutions démocratiques.
    Il édite un annuaire des anciens Députés. Il met en place un site internet permettant à toutes les personnes intéressées de connaître les activités et les réflexions du Groupe, et assure aux adhérents de pouvoir communiquer entre eux.
    Au plan international, le Groupe adhère à l’Association européenne des anciens parlementaires des pays membres du Conseil de l’Europe et participera à des actions permettant de défendre la francophonie.

    Pour notre association, le fil rouge de l’action se traduit par quatre mots commençant par la même lettre : «les quatre C». C’est aussi un renvoi vers un bulletin du Groupe intitulé «Quatre Colonnes».

    Les «quatre C» se déclinent ainsi:

    1. la Cohésion : c’est-à-dire renforcer les liens entre les adhérents et apporter une aide morale à celles et à ceux qui souffrent de solitude.
    2. la Communication : instruire, débattre, permettre des échanges.
    3. la Convivialité : se réunir au sein de commissions dynamiques, participer à des déplacements ou organiser des rencontres décentralisées.
    4. la Coopération : en premier lieu avec nos homologues européens avec qui il est indispensable de travailler dans l’époque incertaine d’aujourd’hui pour aider même modestement à la construction de l’Union européenne. En second lieu tisser des liens avec d’autres fédérations nationales d’anciens élus ou d’associations francophones.

    L’objectif des « quatre C » est tout simplement de maintenir des liens entre les anciens Députés sans aucun esprit partisan. Certes le mot « Anciens » ne doit pas nous assimiler à des personnages de l’Antiquité. Nous ne sommes plus en fonction et il n’y a pas de reconnaissance institutionnelle à attendre, mais nous pouvons apporter un témoignage de valeurs de la République et contribuer à enrichir l’Histoire en faisant devoir de mémoire.
    C’est le but recherché par l’Association.

    Le Président
    Alain LEVOYER